PERSPECTIVES DE MARCHÉ

Perspectives d’investissement 2024

Le conflit que se livre l’économie, entre croissance résistante et inflation élevée, figurera au premier plan de l’année 2024. Voici, d’après nous, le déroulement des événements à venir.

Synthèse

Conflit entre la croissance et l’inflation : Les banques centrales d’Europe et d’Amérique du Nord ont tenté d’équilibrer les deux facteurs en relevant suffisamment les taux d’intérêt pour juguler l’inflation, sans toutefois déclencher de récession. Á l’approche de 2024, nous tablons sur un léger ralentissement de l’économie mondiale et sur un recul progressif de l’inflation, ouvrant la voie à des baisses de taux d’intérêt vers le milieu d’année. Ces facteurs devraient participer à un rebond économique mondial et dynamiser les actifs à risque au second semestre.

Transcript: Kristina Hooper, Chief Global Market Strategist, Invesco Ltd

Depuis près de deux ans, de nombreuses banques centrales du monde entier ont relevé leurs taux pour freiner l’inflation. Et pourtant, l’économie mondiale, et particulièrement celle des États-Unis, s’est révélée remarquablement résiliente. Dans nos perspectives pour 2024, nous étudions l’équilibre entre une croissance résistante et une inflation élevée.

Nous anticipons une décélération de la croissance mondiale au premier semestre et pensons que la désinflation continuera à progresser de manière inégale. D’ici fin 2024, l’inflation américaine se situera nettement sous la barre des 3 % en glissement annuel et l’inflation dans la zone euro et au Royaume-Uni se rapprochera, à notre avis, considérablement des objectifs.

À mesure que la croissance et l’inflation ralentiront, les banques centrales commenceront à abaisser leurs taux, ce qui devrait contribuer à alimenter une reprise économique au second semestre et un regain d'intérêt pour les actifs à risque. Consultez notre scénario central – et les scénarios alternatifs susceptibles de se matérialiser – dans nos perspectives d’investissement annuelles de 2024.

Un exercice d’équilibriste

Après près de deux ans de lutte contre l’inflation à coups de hausses des taux, nous pensons que l’année à venir sera marquée par une désinflation inégale, mais continue en Amérique du Nord et en Europe. Avant la fin de l’année 2024, l’inflation américaine se situera nettement sous la barre des 3 % en glissement annuel et l’inflation dans la zone euro et au Royaume-Uni se rapprochera considérablement des objectifs. Kristina Hooper, Chief Global Market Strategist, nous en parle davantage. 

Vidéo en anglais
Durée de la vidéo : 1:09 minute

Que regarder en 2024?

Alors que nous anticipons la fin des hausses de taux et le début des baisses de taux en Europe et en Amérique du Nord, la Chine se trouve dans une situation bien différente. Découvrez plus de détails sur notre scénario de base pour 2024, ainsi que deux scénarios alternatifs.

  • Du resserrement à l’assouplissement

    Malgré un durcissement rapide des politiques monétaires ces deux dernières années, l’Amérique du Nord, la zone euro et le Royaume-Uni n’ont que récemment commencé à afficher des signes de tension. À l’approche de 2024, nous tablons sur un tassement marginal de la croissance économique, avec un atterrissage mouvementé pour ces économies au premier semestre. Á notre avis, le processus de désinflation se poursuivra (quoique de manière inégale) et les autorités commenceront à introduire des réductions de taux, pour commencer en Europe, où les perspectives de croissance sont moins encourageantes. La croissance commencera à accélérer de nouveau au second semestre 2024, d’abord aux États-Unis. Les actifs à risque devraient connaître un regain d'intérêt de la part des investisseurs.

    Figure 1. Les marchés anticipent une baisse des taux d’intérêts en Amérique du Nord et en Europe.

    Source : Bloomberg, 3 novembre 2023. Remarque : le graphique indique les trajectoires des taux directeurs implicites du marché pour les banques centrales des pays respectifs indiqués. Le taux directeur implicite du marché repose sur les prix des swaps d’indices au jour le jour disponibles pour la structure des échéances indiquée. 

  • La croissance devrait se stabiliser

    La Chine se trouve à une étape bien différente de son cycle. L’assouplissement des restrictions liées au Covid a quelque peu favorisé la croissance chinoise, qui a toutefois été freinée par le tassement de la croissance mondiale, un soutien budgétaire moins important qu’anticipé et la faiblesse du secteur immobilier local. La croissance chinoise sera probablement modérée au premier semestre 2024, mais devrait connaître une embellie au second semestre. Á notre avis, les autorités chinoises se serviront de la politique budgétaire pour stabiliser les taux de croissance et mettre en place des mesures plus ciblées pour soutenir le secteur immobilier, ce qui contribuerait à rassurer les marchés et à renforcer la confiance des investisseurs.  

    Figure 2. Le marché de l’immobilier chinois demeure morose, mais nous tablons sur une stabilisation

    Source : Bureau national des statistiques de Chine (NBS). Données en septembre 2023.

  • Scénario central : Le début du resserrement monétaire

    Pour la première fois depuis des décennies, le Japon est confronté à une inflation plus soutenue et plus élevée. La Banque du Japon (BoJ) s’abstiendra, à notre avis, de procéder à toute hausse des taux importante en raison des fortes incertitudes entourant la persistance de la hausse de l’inflation. Elle commencera toutefois à durcir légèrement sa politique au cours du premier semestre 2024. 

    Figure 3. Les anticipations d’inflation sous-jacente de la BoJ ont été revues à la hausse pour 2023

    Remarque : l'année fiscale au Japon commence en avril et prend fin en mars. Perspectives médianes des membres du Conseil de politique monétaire de la BoJ. Source : Banque du Japon et CEIC

  • Considérons à la fois le scénario pessimiste et le scénario optimiste

    L’équilibre entre croissance et inflation pourrait basculer dans un sens ou dans l’autre. Voici deux scénarios alternatifs à envisager :

Principaux risques à venir

Les récents événements géopolitiques, notamment l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les événements au Moyen-Orient et les tensions persistantes autour de Taïwan, ont introduit une plus grande incertitude sur les marchés mondiaux. Et l’incertitude politique aux États-Unis a également exacerbé les inquiétudes quant à la viabilité budgétaire du pays et le risque de nouvelles paralysies du gouvernement, voire de défauts de paiement. Dans le même temps, le resserrement rapide des conditions financières dans de nombreuses grandes économies a fait craindre d’éventuels accidents financiers. Notre scénario de base suppose qu’aucun de ces facteurs n’aura de répercussions, mais nous reconnaissons qu’ils présentent des risques pour nos perspectives.

Figure 4. Les répercussions de la géopolitique se sont récemment manifestées sur les principaux prix énergétiques de la zone euro et sur les factures énergétiques.

Sources : Sources : Invesco, Bloomberg et Macrobond, au 3 octobre 2023. Remarque : le graphique affiche l’inflation liée à l’immobilier dans la zone euro, qui inclut les contrats à terme sur l’énergie et le gaz naturel.

Écoutez nos équipes d’investissement

Nous avons interrogé nos gestionnaires de portefeuille sur les actions, les obligations et les alternatifs afin de connaître leur point de vue pour l'année à venir. C’est ici qu’ils voient les risques et les opportunités.

  • Actions

    Au sein du marché des actions, les marchés émergents offrent le plus fort potentiel, même si les actions des marchés développés hors États-Unis semblent également attrayantes. Nous pensons que les actions de valeur, cycliques et de petites capitalisations surperformeront. Au niveau sectoriel, nous privilégions la consommation discrétionnaire (qui bénéficierait probablement d’un rebond économique) et le secteur technologique (les multiples de bénéfices pourraient augmenter de concert avec le recul des taux). 

  • Obligations

    Nous privilégions le crédit de haute qualité et de longue duration et nous pensons que les obligations nominales se comporteront bien à mesure que le processus de désinflation progressera. Le dollar américain s’affaiblira car les marchés anticipent des baisses de taux de la Fed, ce qui se traduira par une meilleure performance des devises autres que le dollar américain par rapport au dollar américain. Nous privilégions la dette locale des marchés émergents car elle devrait tirer parti de l’affaiblissement du billet vert. 

  • Fonds alternatifs

    Crédit privé

    Au sein des actifs privés, les prêts directs sont actuellement attractifs compte tenu de leurs rendements élevés, de leur taux variables et de leurs conditions et couvertures favorables pour les prêteurs. La faiblesse potentielle des taux de défaut l’année prochaine devrait également ouvrir la voie à une surperformance des prêts en difficulté.

    Actifs réels

    Nous privilégions les prêts immobiliers commerciaux pour accéder aux marchés d’actifs réels, ceux-ci pourraient combler le déficit de financement creusé par les récentes faillites bancaires régionales. La hausse des taux d’intérêt pourrait continuer à exercer une pression sur les actifs immobiliers, mais nous observons une amélioration des fondamentaux grâce à l’existence de points forts dans divers secteurs et marchés. 

    Capital-investissement

    S’agissant du capital-investissement, nous préférons les actifs centrés sur les opérations de trésorerie, car nous entrevoyons l’opportunité pour les sociétés de capital-investissement de fournir des capitaux à des sociétés privées qui auraient par le passé cherché à accéder au marché des introductions en bourse. 

    Matières premières

    Nous pensons que les matières premières cycliques, en particulier les métaux industriels, afficheront de bons résultats en début d’année dans l’expectative d’un rebond économique. Nous reconnaissons toutefois que, compte tenu de la montée des risques géopolitiques, l’or pourrait connaître des périodes de forte performance.

  • Perspectives de placement
    Perspectives de placement

    Perspectives d’investissement pour les marchés actions : nos prédictions pour 2024

    Par Invesco

    En 2024, le contexte sera difficile pour les actions. Du point de vue de l’investissement, les fondamentaux des entreprises devraient prendre une place plus importante. Lisez nos perspectives d’investissement pour plus de détails.

    4 décembre 2023
  • Perspectives de placement
    Perspectives de placement

    Perspectives d’investissement obligataire pour 2024

    Par Invesco

    À l’approche de 2024, le consensus de marché estime dans l’ensemble que les taux d’intérêts ont atteint leur pic, ce qui constitue une excellente nouvelle pour les investisseurs obligataires. Nous vous présentons ici les répercussions de cette situation sur un large éventail de classes d’actifs obligataires.

    4 décembre 2023
  • Placements non traditionnels
    Perspectives%202024%20d%27investissement%20en%20crédit%20privé
    Placements non traditionnels

    Bilan trimestriel du crédit privé : Les rendements continuent de planer à des niveaux record et offrent une valeur relative attrayante

    Par Kevin Egan, Ron Kantowitz, Paul Triggiani

    Les équipes de prêts bancaires, de prêts directs et de crédit en difficulté d’Invesco nous font part de leur point de vue alors que le premier trimestre 2024 touche à sa fin.

    8 mars 2024
  • Perspectives de placement
    Perspectives%20sur%20le%20secteur%20immobilier
    Perspectives de placement

    Perspectives d’investissement 2024 sur le secteur immobilier

    Par Mike Bessell

    L’histoire montre que les investisseurs immobiliers surperforment lors des corrections de marché. Nous pensons que cette tendance se poursuivra en 2024.

    4 décembre 2023
  • Perspectives de placement
    Perspectives de placement

    Perspectives de la gestion assurantielle en 2024

    Par Charles Moussier, Graham Hook, Matthew Chaldecott

    En 2024, Solvabilité II devrait engager la phase ultime de son chantier de révision.   La Commission, le Parlement européen et le Conseil européen mettent en effet la dernière main aux aménagements du texte presque quatre ans après le coup d’envoi de la réforme en février 2019.

    4 décembre 2023

Risques d’investissement

  • La valeur des investissements et des revenus éventuels fluctuera (cela peut être en partie dû aux fluctuations des taux de change) et les investisseurs pourraient ne pas récupérer la totalité du montant investi.

Information importante

  • Toutes les données sont au 3 novembre 2023, sauf indication contraire.

    Il s’agit de matériel de marketing et non de conseils financiers. Il ne s’agit pas d’une recommandation d’achat ou de vente d’une classe d’actifs, d’un titre ou d’une stratégie en particulier. Les exigences réglementaires qui exigent l’impartialité des recommandations en matière d’investissement/de stratégie d’investissement ne sont donc pas applicables, ni aucune interdiction de négocier avant publication.

    Les points de vue et opinions sont basés sur les conditions actuelles du marché et sont susceptibles de changer.

    Ce document ne peut être reproduit ou utilisé à d'autres fins, ni être fourni à toute autre personne autre que celles à qui des copies ont été envoyées. Rien dans ce document ne doit être considéré comme un conseil en investissement ou un marketing d'investissement tel que défini dans la loi de 1995 sur la réglementation des conseils en investissement, du marketing des investissements et de la gestion de portefeuille (« Loi sur les conseils en investissement »). Ni Invesco Ltd. ni ses filiales ne sont agréées en vertu de la loi sur les conseils en investissement et ne souscrivent pas non plus l'assurance exigée d'un titulaire de licence en vertu de cette loi.

Lisez les perspectives d’investissement 2024
Découvrez nos tendances macroéconomiques et nos scénarii au sujet des perspectives