Article

Point sur l’investissement obligataire

Point mensuel sur l’investissement obligataire d’Invesco

Rendements par classe d’actifs

Après avoir évolué à la hausse en mars, les marchés obligataires ont signé une piètre performance en avril, pâtissant du report de la date à laquelle les marchés prévoient une baisse des taux d'intérêt. En début de mois, les statistiques économiques américaines meilleures que prévu ont continué à soutenir les taux du Trésor américain. Cette tendance s’est accentuée en milieu de mois, après la publication des chiffres de l’inflation. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a indiqué qu’il serait peut-être nécessaire de maintenir les taux à leurs niveaux actuels plus longtemps. En effet, le manque de progrès pour ramener l’inflation vers le taux cible de 2 % ces derniers mois a poussé la Fed et le marché à repousser la date d’une première baisse des taux au quatrième trimestre. L’inflation au Royaume-Uni s’est également révélée plus tenace que prévu, ce qui a alimenté une certaine défiance à l’égard des marchés obligataires. Au fil du mois, les statistiques économiques, meilleures que prévu, et le durcissement de la rhétorique de la Fed ont poussé le cours du dollar à la hausse, tandis que le yen se dépréciait face au billet vert, franchissant la barre des 160 pour la première fois depuis 1990.

Performances par classe d’actifs - Avril 2024
Performances par classe d’actifs - Avril 2024

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Obligations d’État et liées à l’inflation

Les obligations d’État et obligations d’État indexées sur l’inflation ont signé de piètres performances en avril. Les bons du Trésor américain ont enregistré la plus forte hausse de taux sur le mois, mais en termes de rendement total, ce sont les obligations d’État britanniques qui ont signé la plus mauvaise performance, en raison d’un risque de taux d'intérêt plus élevé. De la même manière, les taux réels indexés sur l’inflation ont moins progressé que les taux nominaux, car les points morts d’inflation se sont creusés en réponse à une inflation plus forte que prévu. Cela a conféré une certaine protection aux marchés américains et de la zone euro, mais l’extrême sensibilité des obligations d’État britanniques indexées sur l’inflation à l’évolution des taux d'intérêt a fait que ces dernières ont sous-performé les obligations d’État britanniques traditionnelles. 

Taux américains

Les chiffres de l’activité manufacturière publiés en début de mois, en hausse, suivis par de bons chiffres de l’emploi, ont poussé à la hausse les taux du Trésor américain, mais ce sont les chiffres de l’inflation qui ont véritablement poussé le marché à réviser sa prévision concernant la date à laquelle aurait lieu la première baisse des taux. L’inflation globale et les IPC core sont ressortis à des niveaux supérieurs aux attentes du marché et montrent que l’inflation peine à refluer vers le taux cible de 2 %. Cela a conduit le président de la Fed, Jerome Powell, à déclarer que la banque centrale américaine maintiendrait encore un certain temps ses taux à leurs niveaux actuels, et qu’aucune baisse n’aurait lieu tant qu’il ne sera pas acquis que l’inflation est bel et bien en train de se replier vers le taux cible de long terme. Les taux du Trésor ont continué à augmenter jusqu’à la fin du mois, dans un contexte marqué par la publication d'indice des dépenses essentielles des ménages plus élevé que prévu. Les taux du Trésor à 10 ans ont clôturé le mois en hausse de 48 points de base (pb), dépassant les 4,7 % au cours du mois, pour la première fois depuis le début du mois de novembre dernier. Malgré le creusement des points morts d’inflation, les TIPS ont également signé une piètre performance et les taux réels à 10 ans ont clôturé le mois en hausse de 40 pb.

Taux américains - Avril 2024
Taux américains - Avril 2024

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Taux dans la zone euro

Les marchés des taux de la zone euro ont également subi une correction en avril. Malgré des chiffres de l’inflation conformes aux attentes, les taux de la zone euro ont moins augmenté que les taux américains. Le taux allemand à 10 ans a augmenté de 29 pb, tandis que le taux italien à 10 ans a clôturé le mois en hausse de 24 pb. Toutefois, malgré une inflation plus faible en zone euro qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni, les points morts d’inflation des obligations souveraines indexées sur l’inflation de la zone euro se sont également creusés, comme c’est souvent le cas dans un environnement de hausse des taux.

Taux dans la zone euro – Avril 2024
Taux dans la zone euro

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Taux britanniques

Le marché des obligations d’état britanniques a également subi une correction en avril et a signé la moins bonne performance parmi tous les grands marchés de la dette souveraine, en termes de rendement total, en raison d'un risque de taux d'intérêt plus élevé. Alors que ce sont les statistiques économiques américaines et le marché des bons du Trésor américain qui donnent le ton des marchés obligataires mondiaux, l’inflation s’est révélée plus forte que prévu au Royaume-Uni. La hausse de 3,2 % des prix à la consommation, pourtant a plus faible depuis fin 2021, a toutefois été plus forte que prévu, tout comme l’IPC core, ce qui pourrait être plus préoccupant pour les dirigeants politiques. Le taux britannique à 10 ans a clôturé le mois en hausse de 41 pb, tandis que le taux réel des obligations d’État britanniques indexées sur l’inflation a augmenté de 29 pb sur le mois.  

Taux américains - Avril 2024
Taux britanniques

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Gardez un œil sur…

... les chiffres de l’inflation car le moral des marchés obligataires pourrait rebondir

Crédit « investment grade »

Les primes de risque des obligations ‘investment grade’ ont évolué à l’intérieur d’une fourchette en avril, alors que tous les regards étaient braqués sur l’inflation et la politique monétaire. Les inquiétudes concernant l’impact du maintien des taux d’intérêt à des niveaux élevés sur l’économie ont provoqué un creusement des écarts de taux en milieu de mois. Les marchés boursiers ont également subi une légère correction, mais la volatilité a reflué durant la deuxième quinzaine du mois. Les actifs risqués ont rebondi et les écarts de taux se sont resserrés, clôturant le mois au niveau qui était le leur fin mars.

Primes de risque des obligations ‘investment grade’
Crédit « investment grade »

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Gardez un œil sur…

... Les statistiques économiques telles que les écarts de taux pourraient pâtir d'un atterrissage brutal de l’économie.

Haut rendement et dette subordonnée

Certains risques propres au marché européen de la dette à haut rendement et l’évolution des perspectives en matière de politique monétaire ont provoqué un creusement des écarts de taux en milieu de mois, par rapport au niveau qui était le leur en mars. Les primes de risque de la dette à haut rendement libellée en EUR se sont partiellement resserrées durant la deuxième quinzaine, mais elles ont toutefois clôturé le mois d’avril en hausse de 16 pb. Les primes de risque des obligations américaines à haut rendement ont été moins volatiles, puisqu’elles ont clôturé le mois en hausse de 2 pb seulement. Sur le marché de la dette subordonnée, les primes de risque des titres AT1 (-2 pb) et des obligations hybrides européennes (-7 pb) ont bien résisté et se sont maintenues à des niveaux relativement faibles.

Haut rendement et dette subordonnée – Avril 2024
Haut rendement et dette subordonnée – Avril 2024

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 avril  2024

Gardez un œil sur…

... Les perspectives de notation des émetteurs à haut rendement

Flux des ETF obligataires

Les ETF obligataires ont enregistré une collecte nette de 5,7 Mrd$ en avril, en hausse, portant l’afflux net de nouveaux capitaux à 17,9 Mrd$ depuis le début de l’année. Les classes d’actifs refuges en ont été les principales bénéficiaires sur le mois. Les obligations d’État libellées en EUR (2,4 Mrd$), la gestion monétaire (1,3 Mrd$) et les bons du Trésor américain (1,1 Mrd$) ont enregistré les afflux de capitaux les plus importants. Les décollectes ont été minimes en avril. Néanmoins, les ETF sur obligations IG libellées en EUR (-0,5 Mrd$) et en USD (-0,2 Mrd$) sont deux des trois grandes catégories qui ont enregistré une décollecte nette. Les obligations d’État des marchés émergents (-0,3 Mrd$) ont une fois de plus été boudées par les investisseurs.

Après le rallye de mars, les marchés obligataires ont subi une nouvelle correction en avril. Alors qu’ils anticipaient entre 6 et 7 baisses de taux de la part de la Fed, de la BCE et de la Banque d’Angleterre en début d’année, les marchés ont repoussé la date à laquelle ils prévoient des baisses de taux et ont révisé à la baisse leurs prévisions concernant l’ampleur de ces baisses de taux. Concernant la Fed, les marchés s’attendent désormais seulement à une première baisse de taux en novembre. La moitié des observateurs s’attend à une autre baisse de taux en décembre, tandis que l’autre moitié exclut cette éventualité. Concernant la Banque d’Angleterre, les marchés s’attendent à une première baisse de taux au troisième trimestre et à une seconde en décembre. Concernant la BCE, les marchés pensent qu’elle abaissera ses taux à trois reprises d’ici la fin de l’année. Les taux des obligations d’État à 10 ans flirtent avec leur point haut des six derniers mois. Or, le marché s’attendant à un léger assouplissement des politiques monétaires, cela pourrait offrir aux investisseurs l’opportunité d’accroître le risque de taux d'intérêt au sein de leurs portefeuilles.

Catégories supérieures et inférieures d’ETF obligataires en avril 2024
Catégories supérieures et inférieures d’ETF obligataires

Source : Bloomberg, Invesco, le 30 Avril  2024

Risques d'investissement

  • La valeur des investissements et des revenus éventuels fluctuera (cela peut être en partie dû aux fluctuations des taux de change) et les investisseurs pourraient ne pas récupérer la totalité du montant investi.

Informations imoprtantes

  • Toutes les données et graphiques proviennent d’Invesco et de Bloomberg, au 29 février 2024. Tous les chiffres sont exprimés en USD.

    - Cette communication publicitaire constitue une information promotionnelle et ne peut pas être considérée comme une recommandation d'acheter ou vendre une quelconque classe d’actif, valeur ou stratégie. Les dispositions réglementaires portant sur l’impartialité des recommandations d’investissement et des recommandations de stratégies d’investissement ne sont donc pas applicables et il en va de même des interdictions de négocier l’instrument avant publication.

    Les points de vue et opinions sont basés sur les conditions actuelles du marché et sont susceptibles de changer.

    . Ce document ne peut être reproduit ou utilisé à d'autres fins, ni être fourni à toute autre personne autre que celles à qui des copies ont été envoyées. Rien dans ce document ne doit être considéré comme un conseil en investissement ou un marketing d'investissement tel que défini dans la loi de 1995 sur la réglementation des conseils en investissement, du marketing des investissements et de la gestion de portefeuille (« Loi sur les conseils en investissement »). Ni Invesco Ltd. ni ses filiales ne sont agréées en vertu de la loi sur les conseils en investissement et ne souscrivent pas non plus l'assurance exigée d'un titulaire de licence en vertu de cette loi.

    EMEA3417480/2024